Article de Karine Pedneaulta et Caroline Provost dans le magazine "Scientia Horticulturae"

Abstrait:

Les surfaces dédiées à la production de vin bio ont considérablement augmenté ces dernières années. La grande majorité du vin biologique est élaborée à partir de variétés de Vitis vinifera qui sont très sensibles aux maladies fongiques et aux ravageurs, ce qui rend la gestion biologique difficile pour les producteurs. Selon la zone de culture, 20-70% de producteurs biologiques déclarent des problèmes de maladies fongiques en Europe. Récemment, les cépages résistants aux champignons (FRG) ont été recommandés comme le choix le plus approprié en viticulture biologique, en particulier dans les zones où la pression des maladies nécessite des taux élevés de fongicides. Les variétés FRG pourraient contribuer à une meilleure gestion des maladies dans la viticulture biologique et conventionnelle, réduire les coûts de production et diminuer l'accumulation de cuivre dans les sols. Récemment, de nombreuses variétés de RFA présentant des attributs agronomiques et des caractéristiques œnologiques avantageuses ont été développées en Amérique du Nord et en Europe pour une agriculture conventionnelle et durable. Dans cette revue, nous présentons un aperçu des avantages et des limites associés aux variétés FRG en plus des connaissances actuelles concernant la composition des baies et du vin, la gestion de la canopée et les défis et pratiques de vinification.

© 2016 Elsevier BV Tous droits réservés.

Lire l'article (PDF, 0,7 Mo)

Recherche